Essayer d’avoir un enfant implique de nombreuses émotions, parfois difficiles à gérer. C’est pour cela que je propose un accompagnement aussi bien naturopathique que psychologique.

Cet accompagnement s’adresse aussi bien à des couples désirant un suivi classique en désir de conception, qu'aux couples qui souhaitent un suivi spécifique durant leur processus de PMA.

 

Accompagnement PMA, infertilité

L'accompagnement naturopathique et émotionnel aide à vivre ce parcours de conception médicalement assistée de manière plus positive et sereine. 

C’est pour cela que je propose un accompagnement aussi bien naturopathique (soin du corps physique) que psychologique (corps émotionnel). En tant que coach en fertilité, j’accompagne les clients vers une confiance et un bien-être global : « être bien avec soi-même c’est avoir fait la paix avec son passé pour mieux entrevoir l’avenir ».
L’accompagnement permet d’acquérir des outils simples afin de pouvoir lâcher-prise, d’être plus détendu mais aussi de pouvoir se détacher du projet d’avoir un bébé afin que ce désir ne devienne pas votre obsession au quotidien.

enceinte_edited.jpg

En effet, chercher à avoir un enfant implique de nombreuses émotions. Particulièrement lorsqu’il faut recourir à la PMA ou que bébé se fait attendre et qu’aucun problème physique n’est à déclarer.

Je propose la mise en place d’outils naturels (menus alimentaires adaptés et personnalisés pour le couple, amélioration de l’environnement personnel et professionnel, adoption de nouvelles habitudes de vie (limitation de l’exposition aux pesticides, aux perturbateurs endocriniens, exercices physiques réguliers choisis…) et d’exercices pratiques (mantras positifs, exercices de respirations, méditations conscientes simples, tableau de visualisation, utilisation d’huiles essentielles, auto-massages…). 

Mes 3 premiers conseils  :
Le premier conseil est de prendre conscience qu’une connexion avec son corps et de prendre soin de lui est primordial. Notre bien-être émotionnel dépend beaucoup de notre bien-être physique et vice-versa : l’un influence l’autre !
Adopter une bonne hygiène de vie, une alimentation riche en vitamines et minéraux, un état d'esprit positif, la pratique d’exercice physique, de la relaxation, et de l’auto-massage (ou se faire masser régulièrement !!! Quel bonheur !) : tout est intéressant pour se sentir bien physiquement et émotionnellement.

Le deuxième conseil est de ne pas apprendre à gérer ses émotions mais plutôt à les accueillir, à les accepter. Accepter de vivre des émotions comme la joie, l’enthousiasme (qui sont plutôt agréables à vibrer) mais aussi la peur, la colère, la tristesse (ou même la jalousie, dans le cas où des couples ont des bébés sans problèmes par exemple...) Tout cela est ok ! Apprenez à être à l’écoute de ces émotions, identifiez les si possible et accepter de les vivre pleinement ; écrivez-les, hurlez les… mais les étouffer ne fera que retarder le moment où toutes ces émotions enfouies exploseront au moment où vous vous y attendrez le moins !

Et pour finir… vivez pour vous ! pas seulement pour le projet bébé que vous avez. Faites-vous plaisir, faites des choses pour votre couple, éclatez-vous avec vos amis, évitez (mais c’est plus facile à dire qu’à faire bien sûr… et je serai là pour vous y aider si vous le souhaitez !) de mettre ce projet bébé au centre de toute votre vie. Votre priorité c’est VOUS !!!!

A quel moment faire appel à la naturopathie dans le cadre d’un désir de grossesse ?

Lors de la mise en place de traitement médicaux (FIV,PMA), il faudrait consulter dès le début de la prise de décision car il faut bien se préparer, physiquement et émotionnellement, quelques semaines ou quelques mois avant les traitements. 
Ensuite, chaque étape du processus (phase de stimulation ovarienne, ponction, transfert d’embryon ou insémination, attente) est une marée émotionnelle d’une part, mais également une épreuve hormonale pour le corps. La naturopathie saura limiter les effets secondaires et néfastes aussi bien pour les organes que pour le moral, mais elle pourra aussi permettre d’améliorer la qualité de l’ovulation, des spermatozoïdes et favoriser la fécondation et la nidation.

L’accompagnement se termine-t-il une fois la grossesse annoncée ?
Chaque situation est différente et tout dépend notamment de l’avancée de l’accompagnement. Mais en règle générale l'accompagnement se poursuit durant la grossesse. Je peux intervenir au long de la grossesse (angoisse, douleur, nausées …) et particulièrement lors des derniers mois (préparation à l’accouchement). S’il reste encore des séances, l’accompagnement perdure bien sûr après l’arrivée au monde de bébé et le soutien physique et émotionnel dans cette nouvelle vie est d’autant plus bienvenu.

En savoir plus sur l'accompagnement naturopathique de grossesse 

 

Accompagnement pré-conception, désir d'enfant

Dans le parcours d'une femme, on rencontre à un moment ou un autre le désir de devenir mère.

Cependant, la vie nous place parfois dans des situations délicates et le corps ne réponds pas toujours présent lorsque l'envie d'enfanter se concrétise.

C'est pour cela qu'en tant que naturopathe périnatale, je propose mes services et conseils auprès des femmes et des couples qui souhaitent utiliser en premier lieu des méthodes naturelles pour concevoir. L'accompagnement naturopathique et émotionnel aide à vivre ce parcours de conception de manière plus positive et sereine.

enceinte-couple_edited.jpg

La naturopathie permet de booster sa fertilité naturellement, de mettre en lumière le lien entre alimentation et fécondité, mais apporte également des soins naturels pour augmenter les chances de concevoir un bébé grâce à la gestion du stress, des émotions, être plus positive, surtout quand on souffre de ne pas tomber enceinte.

La naturopathie permet de potentialiser et de réguler les fonctions du corps afin d'éviter de passer par des méthodes plus médicalisées.

En France, 5 à 20 % des couples n'arrivent pas à avoir d'enfant. Parfois le problème est purement médical : déséquilibre hormonal, problème de trompes, malformation gynécologique…(là encore la naturopathie peut apporter du soutien) Et d'autres fois les causes d'infertilité sont inconnues ou "inexpliquées". La plupart sont issues de conflits intérieurs conscients ou inconscients. Le psychisme est tout à fait capable de mettre des barrières, des obstacles à une maternité. L'ovulation est très sensible aux variations émotionnelles comme le stress, l’anxiété… Un suivi psychologique ou une autre thérapie comportementale est souvent nécessaire dans le cas d'infécondité. Pour ma part j'utilise des méthodes de gestion du stress et des exercices en psychologie positive.

On a observé aussi que la pollution, les carences en vitamines ou en oligo-éléments peuvent aussi expliquer cette baisse de fécondité. Il est alors judicieux de faire le point sur son état aussi bien physique que psychologique. Dans l'idéal, il faudrait venir consulter un naturopathe dès que le désir d'un enfant se fait sentir. La période de préconception est importante afin de prendre de bonnes habitudes de vie, perdre du poids, solutionner les différents troubles..., afin de pouvoir mieux profiter de sa grossesse et de donner le meilleur à son bébé. Il est essentiel d'être en bonne santé avant, pendant et après la grossesse.

La naturopathie est dans une démarche de prévention. L'amélioration de l'alimentation est primordiale. Elle permet d'optimiser sa période d'ovulation naturellement, de booster sa fertilité (et celle du futur papa) et d'augmenter ses chances de concevoir un bébé, de diminuer le risque de fausse couche. 

Mon travail est d'accompagner de façon non intrusive et en douceur les couples (ou femmes) à mettre toutes les chances de leurs côtés pour concevoir ce bébé tant attendu.

Il est primordial de comprendre que le corps de la future maman et du futur papa doivent être "préparés" presque un an avant la conception aussi bien physiquement qu'émotionnellement. Ce qui peut bloquer la venue de bébé n'est pas forcément physique.

 

Il faut parfois un peu de temps et il faut accepter la situation, s'ouvrir un peu plus et accueillir ce qui vient (ou ne vient pas).

Dans le cas d’un désir de grossesse, vous pouvez venir réaliser le bilan dès que le désir se fait sentir. Chaque moment est idéal en soi pour venir consulter.

Accompagnement infertilité secondaire

Déjà maman, après quelques mois ou années, vous avez envie d’un autre enfant mais… incompréhension totale, cet autre enfant ne vient toujours pas !

Pourtant rien ne cloche chez vous ou votre compagnon...

Ce serait-il passé quelque chose entre temps ? Comment avez-vous vécu votre accouchement ? Votre rôle de maman ?

D’autres questions peuvent venir vous hanter… Arrêter de vous torturer, peut-être que la réponse n’est pas là où vous la cherchiez.

Mémoires de nos vies passées, échos des histoires des générations anciennes, peurs inconscientes… et si tout cela bloquait le processus de fécondation ?

 

L’infertilité est plurifactoriel. Il est donc important de regarder à tous les niveaux.

Alors pourquoi ne pas faire appel à la naturopathie, médecine holistique par excellence ?

young-woman-1149643_1920.jpg

Accompagnement fausse couche

Aucune fausse couche n’est à ignorer ou à dédramatiser. Peu importe la durée de cette grossesse : quelques semaines, mois… Si elle est vécue comme une perte immense même à quelques semaines, l’important est le ressenti et non la durée ...

Quelque soit l'épreuve traumatique liée à la grossesse : fausse couche, IVG, IMG, mort subite du nourrisson (SMSN), enfant mort-né, mort postnatale de la mère ou de l’enfant… toutes ces épreuves peuvent être accueillies, suivies et soulagées par les techniques de libération émotionnelle.

N’oubliez pas le papa ou le reste de la famille lors de ces épreuves, c’est important de ne pas dénigrer la souffrance de certains parents, afin que ces derniers puissent mieux soutenir la maman, et que tous puissent reprendre le court de leur vie en paix.

beautiful-1867093_1920_edited.jpg

La fausse couche en détail

Il faut prendre en compte que des millions de femmes vivent chaque année des fausses couches (il y en a 44 par seconde à travers le monde, d’après un rapport publié dans THE LANCET le 26 avril 2021). En France, c’est plus de 20 000 femmes par an d’après les chiffres de la Haute Autorité de Santé, cela concerne entre 15 et 20% des grossesses. C’est donc un phénomène fréquent mais qui reste tellement tabou et malheureusement minimisé ! Personne à qui en parler, en huis clos dans le couple, ce qui génère des tensions, un sentiment de culpabilité, voir de honte pour certaines, sans compter l’anxiété, la détresse et le sentiment d’échec qui en découle.

Le silence autour de la fausse couche est d’autant plus difficile à vivre notamment dans le cercle familial et amical qui, ne connaissant pas forcément la situation et la détresse du couple, lance des phrases assassines telles que : « alors c’est pour quand ce bébé ? Moi il me tarde d’être grand-mère ? Ils ont oublié comment il fallait faire ahhahah ! » Et quand le cercle fermé de ceux et celles qui sont au courant nous envoie des phrases comme « oh allez, vous recommencerez ! Vous êtes jeune » ou encore « S’il est parti c’est qu’il n’était pas viable ou qu’il aurait handicapé !! » Merci bien pour ces phrases qui nous plante un poignard dans le ventre et dans le cœur !!

C’est là où le soutien d’une personne extérieure prend toute sa place… afin de pouvoir se faire entendre, pouvoir poser là, sans peur du jugement, toutes les émotions qui nous envahissent !

Il y a sans aucun doute un réel voile posé sur le sujet de l’infertilité, et notamment sur les fausses couches. Avec la présence massive de perturbateurs endocriniens dans tous les secteurs de la vie quotidienne (alimentation=pesticides, industrie-agroalimentaire =emballage, conservateurs, additifs, colorants, mais aussi médical=médicaments, matériel médical, matériel domestique et cosmétique =aérosols, produits nettoyants, vêtements, peinture, sols stratifiés, ustensiles de cuisine, appareils ménager…), les fausses couches, ainsi que les problèmes d’infertilité ne sont pas près malheureusement d’être en baisse.

C’est pour cela qu’un éveil des consciences est nécessaire et que pour accompagner tous ces changements, nous les naturopathes sommes là pour guider, conseiller et accompagner les personnes désireuses d’avancer vers un avenir plus sain, plus respectueux de leur corps, de leur santé et de l’environnement.

 

Les fausses couches sont, tout comme tout autre malaise, la résultante de plusieurs causes, nous devons alors réaliser un bilan (qui dure environ 2 heures) durant lequel une série de questions seront posées aussi bien sur les habitudes de vie, que sur les antécédents familiaux mais aussi sur les états émotionnels traversés, les évènements marquants vécus par le couple et/ou la famille, afin de mettre en place un « programme », que j’appelle moi des défis ou des missions, afin d’améliorer l’hygiène de vie, l’environnement mais aussi l’état d’esprit du couple ou de la future maman.

Une fausse couche doit être un évènement pris au sérieux aussi bien sur le plan physique qu’émotionnel. C’est là où un accompagnement peut être bénéfique.

Nettoyer (dans tous les sens du terme) son corps pour le futur qui arrive, sans oublier ce petit être qui est parti sans qu’on ait eu le temps de le rencontrer mais avec qui on se voyait déjà partager de beaux et tendres moments … Ce mal-être, cette absence doit être prise en charge d’une manière ou d’une autre, toujours dans la bienveillance, l’écoute et le non-jugement, à l’aide d’outils naturels, non intrusifs, respectueux du corps.
 

Lettre à mon enfant perdu :

Par Virginie ALASIA

 

A toi qui n’as pas eu le temps d’occuper mon ventre, ni mes bras

Mais qui a aura occupé mon cœur qui ne t’oubliera pas.

 

Peu importe si j’ai été ta maman ne serait-ce qu’un instant

Un jour, une heure, un mois…

On dira ce qu’on voudra

Pour toujours tu me manqueras.

 

Tu laisses un vide même si tu n’as jamais été vraiment là

Ils ont beau dire « ce n’est rien, le temps fera son œuvre, tu verras… »

Mais ce petit « rien » était en quelques secondes devenu tout pour moi

Ils ont beau dire « c’est rien, t’étais juste enceinte de quelques semaines… ça va! »

Mais la douleur de la perte n’a rien à voir avec le temps que tu as passé en moi !

On a beau dire « ce n’est rien, tu es jeune tu en referras »

Ce type de phrases assassines qui nous plonge dans le désarroi !

Mais ceux qui nous lance ce genre de phrases ne comprennent pas…

C’est que ce petit « rien » n’a rien à voir avec un plat qu’on a loupé !

Que ce soit une fausse couche, un avortement, une IMG, une mort prématurée…

Ce que l’on pleure, ce sont ces moments de vie que nous avions déjà imaginés…

C’est cet avenir qui n’aura jamais lieu qui fait si mal

Et qui nous plonge dans une douleur abyssale…

Mon amour, mon bébé, j’en ai pris maintenant conscience,

Tous ces gens avec leur soi-disant bienveillance

C’est pour nous aider, nous remonter le moral…

Mais ils ne peuvent imaginer à quel point ça fait mal !

Mais moi, ce que je sais au fond de mes tripes en revanche,

C’est que, même si cela n’a duré qu’une seconde, qu’une minute mon ange,

D’avoir été choisi par toi, pour être ta maman,

j’en ai été honorée, et j’en suis heureuse à présent…

 

Je t’aime mon amour, mon enfant, mon chéri,

Et je sais que de là-haut, à jamais, tu me souris

Je t’aime mon amour, mon enfant, mon chéri,

Je sais que de là-haut, tu me vois, suivre ma vie

 

 

Aout 2019

 A Naël, Ethan, Samia, Gabrielle, Arthur, Laure, Sacha, Quentin, Flora, Honoré, Baptiste, Nikolas, Julia, Victor, Gwendal, Karim, Ophélia, Nina, Luis et tous les autres petits bouts partis trop tôt.

1J9A9382-min.jpg